Video chat littra Gratis live sex cam mit paypal

Nous aurons donc des génies littéraires, des génies scientifiques, des génies qui se caractérisent par leur puissance dans le 4 LE GENIE LITTERAIRE domaine de la synthèse, d'autres au contraire qui iront jusqu'au fond des arcanes de l'analyse.Dans le génie du langage lui-même, ce terme étant envisagé dans son sens le plus vaste, il est de notion courante que nous différen- cions le génie poétique du génie musical, celui du littéra- teur de celui du peintre, et en somme que nous arrivions à concevoir l'idée de puissance supérieure comme se ratta- chant non seulement à une fonction spéciale comme celle du langage, mais à une des manifestations isolées de cette fonction.Assurément l'accord n'est pas fait, et certaines écoles, telle que celle de Kraepelin, laissent encore jouer à la psychologie pure un rôle trop important dans nombre de chapitres; mais alors que les plus réfractaires sont cepen- 1. » Actuellement nous avons la notion de l'existence dans l'écorce cérébrale d'un centre qui préside au langage parlé, et dont la destruction est la cause de cette défectuosité qui au premier abord paraissait purement intellectuelle.

— Limites, Il en a été longtemps du génie littéraire et, pour mieux dire, du génie en général, comme de tous les phénomènes dont l'anomalie sans cause apparente frappait l'esprit de la moyenne des hommes.

De même que l'on avait vu dans l'idiotie un don de Dieu, dans l'épilepsie un mal sacré, dans la colère une manifestation divine, on voulait qu'une puissance immatérielle (génie) présidât aux manifestations intellectuelles dont la valeur semblait inaccessible au vul- gaire.

Nous sommes, comme l'on voit, déjà bien loin du démon de Socrate, et nous ne cherchons plus d'où descend la langue de feu sur le front des apôtres ; il nous suffit de savoir que c'étaient des hommes et qu'ils étaient enthou- siastes, pour comprendre l'allure géniale de leur apostolat.

Un certain nombre d'auteurs, dont Lombroso, ont voulu faire du génie une manifestation de la folie ; sans partager en rien cette façon devoir, nous pouvons trouver dans l'his- toire de la conception de la folie un exemple qui permettra de comprendre l'évolution des idées que Ton s'est faites au sujet du génie.

Quand nous aurons dit, avec Larousse, que le génie doit être considéré comme le plus haut degré auquel puissent arriver les facultés humaines, nous marcherons peut-être, dans la recherche d'une conception précise du génie, sur un terrain plus solide que les pathologistes ou les philosophes.

Il ne peut y avoir, en effet, de différence essentielle entre l'idée géniale et celle qui ne l'est pas; toutes deux résultent des acquisitions antérieures, par conséquent du fonctionnement de la sensibilité, de la réaction vis-à-vis de ces acquisitions récentes ou anciennes des cellules de l'écorce, et de l'extériorisation plus ou moins facile de ce travail cellulaire, qui représente l'élaboration person- nelle des percepta.Le génie n'exprimera donc que la perfection relative avec laquelle seront perçues, élaborées et transmises les diffé- rentes composantes de la pensée humaine, et c'est à démon- trer que le génie est fonction, à la fois des centres de réception, d'association et de projection, que nous allons consacrer les lignes qui vont suivre, en montrant plus spé- cialement pour le génie littéraire, ce qui, dans chacune de ces étapes, constitue le facteur auquel se rattachent à la fois la splendeur et la rareté de la production.On pourrait se demander si, dans la conception du génie, on peut être autorisé à analyser plus particulière- ment ce qui se rattache à l'une de ses branches et s'il est légitime d'envisager le génie littéraire comme un tout indépendant ; à lire certaines définitions, il semblerait que le génie lut un ensemble que l'on ne peut partager, qu'il existât ou fit défaut, mais que son essence fût, comme celle de Dieu, d'être indivisible. — LIMITES 3 perfection auquel puissent atteindre les facultés humaines, il n'en a cependant pas moins des aspects divers, et si, comme qualité, nous n'admettrons pas qu'il puisse présen- ter des degrés, nous sommes obligés de dire qu'il est variable dans ses manifestations comme contenu et comme importance.La manifestation géniale isolée d'un esprit or- dinaire, pour nêtre qu'un éclair dans un esprit médiocre, nen constituera pas moins une œuvre de génie ; il suffit que le maximum ait été atteint, sans qu'il soit nécessaire que la courbe, par laquelle on pourrait représenter V action céré- brale de Vindividu, présente à ce point de vue un plateau ininterrompu.Nous verrons d'ailleurs que si, chez les hommes de génie, les conditions anatomo-physiologiques de la céré- bralité acquièrent des caractères particuliers, les manifes- tations géniales des hommes moyens supposent entre leur cerveau et celui des premiers une équivalence fonction- nelle temporaire.Au-dessous se trouvent des centres dont la fonction est à la fois tellement régulière et tellement habituelle non plus à l'individu, mais à l'espèce, que les services qu'ils nous rendent échapperont constamment à la conscience ; au-dessus se placent, au contraire, les groupements les 8 LE GÉNIE LITTÉRAIRE moins nets, ceuxqui, appartenant le moins à l'espèce, repré- sentent au contraire les caractéristiques individuelles les plus apparentes ; leur instabilité imposera sans cesse leurs efforts à la conscience.

Tags: , ,